Dès l'aube...

vendredi 7 octobre 2016

Bougies coin prière

Pour reprendre la prière familiale d'un bon pied, avec de bonnes résolutions et un peu de nouveautés pour secouer la routine Dès l'aube vous a imaginé ces bougies aux couleurs de la liturgie.

images

Ainsi au gré de l'année liturgique on allume une bougie de la couleur correspondante. Les bougies sont proposées par lot de 8 : 3 vertes, 2 violettes, 1 blanche, 1 rouge et une rose... Sur la bougie coulée par Dès l'aube dans de petits verres exprès pour ça, il y a une étiquette indiquant le moment d'employer celle-ci. Le nombre de bougies de chaque couleur est proportionnel à la longueur du temps liturgique correspondant. 

WP_20161002_126

WP_20161002_129

WP_20161002_130

WP_20161002_132

 

Un jeu de l'oie trouvé sur "idées caté" accompagne ce lot de bougies. Lorsque les bougies sont totalement fondues on peut placer des bougies chauffe-plat dans les petits verres ou y mettre (une fois lavés) les crevettes et avocats mayonnaise du dimanche !

Sainte fête du Rosaire aujourd'hui !

vierge_sixtine_raphael-0360d Vierge sixtine Raphaël

Posté par Au Comptoir à 04:51 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


mardi 4 octobre 2016

Chapelet avec les enfants. Mois du Rosaire.

"Le Rosaire est ma prière préférée" Saint Jean Paul II 

pape-jean-paul-ii

Pour ce mois d'octobre vous trouverez dans la boutique un dépliant qui apprend simplement à prier avec son chapelet. Il est accompagné de 4 fiches illustrées des 4 Mystères avec une phrase de l'évangile s'y rapportant. Une manière visuelle pour les enfants afin de se souvenir des Mystères qui accompagnent cette belle prière à Marie. 

WP_20161002_002WP_20161002_005WP_20161002_007WP_20161002_009

 

Des calendriers de l'Avent seront disponibles sur la boutique "Dès l'aube" sur le modèle de ceux qui commencent à apparaître dans ma boutique Au Comptoir des Anges. Ils auront la spécificité d'offrir des coloriages chrétiens, les paroles d'évangile des dimanches de l'Avent etc.

CIMG8782

On y trouvera également des Couronnes de l'Avent chrétiennes. 

WP_20151108_005

En attendant vivez un bel automne avec Jésus et Marie et les balises pour notre vie spirituelle que sont nos saints du Ciel. 

pivoine M Ter

 

Posté par Au Comptoir à 05:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mercredi 25 mars 2015

Marie dans son ménage

Que fut la Sainte Vierge à l’extérieur ? Une femme du commun, une femme pauvre et vivant de son travail, occupée pendant trente ans à Nazareth du soin d’un petit ménage, confié depuis à saint Jean, qui partagea avec elle les offrandes des fidèles.                       Quel bruit a-t-elle fait dans le monde ? Par quelle grande œuvre s’est-elle signalée aux yeux des hommes ? Qu’a-t-elle fait à l’extérieur pour la propagation de l’Évangile ? Cependant, c’est la Mère de Dieu, c’est la plus sainte des créatures ; c’est celle qui a eu le plus de part à la rédemption du genre humain et à l’établissement de la religion chrétienne. Oh ! Que les idées de Dieu sont différentes des nôtres ! Oh ! Que les voies qu’il prend pour parvenir à ses fins sont éloignées de nos voies ! Que l’obscurité, que la retraite, la solitude, la prière en silence, sont agréables à ses yeux, et mille fois plus grandes que toutes les œuvres d’éclat ! Oh ! Que c’est être tout devant Dieu que de n’être rien, de ne prétendre à rien, de n’aspirer qu’à être ignoré, oublié, méprisé, regardé comme ce qu’il y a au monde de plus vil et de plus abject ! Si la vie de la Sainte Vierge ne nous apprend pas cette grande vérité, si elle ne nous la fait pas aimer, si elle n’étouffe pas en nous tout désir d’être quelque chose, si elle ne nous convainc pas que, pour se retrouver en Dieu, il faut se perdre tout à fait en soi-même, quel exemple plus sensible, quelle leçon plus puissante sera capable de nous persuader ?

Jean-Nicolas Grou (1731-1803), Manuel des âmes intérieures, « L’intérieur de Marie »

Annonciation-Marie Ile Bouchard

MÉDITER :

Dans les litanies de la Sainte Vierge, Marie est invoquée comme « reine des apôtres, des martyrs, des confesseurs, secours des chrétiens, Mère de l’Église », etc. ; qu’a-t-elle fait pour être ainsi la première dans toutes les catégories ? Ce que font quotidiennement des milliers de mères de famille : le ménage, les courses, les conduites à l’école, etc. Oh ! Que les idées de Dieu sont différentes des nôtres ! Non pas que la femme au foyer soit le seul modèle possible, mais peut-être devons-nous redécouvrir que dans la vie d’un être humain, c’est dans sa famille que se joue le plus important, sinon le plus visible, et que la gardienne du foyer aura de toute façon plus de poids que toute autre influence dans le développement d’une personnalité. 
Il y a des priorités dans la vie d’une femme : si sa vocation de mère et d’éducatrice passe avant ses compétences professionnelles, c’est un privilège, plutôt qu’une nécessité, voire une infirmité. Aussi les hommes ont-ils souvent besoin de se faire remarquer pour être quelque chose, là où l’existence toute simple de Nazareth aura suffi à Marie pour être celle qui a eu le plus de part à la rédemption du genre humain et à l’établissement de la religion chrétienne.

VIVRE LE MYSTÈRE :

Si mes revenus diminuaient de 20 %, qu’est-ce que je choisirais de sacrifier dans mon train de vie pour préserver l’essentiel de ma vie et de celle des miens ? Ce qui est une façon de m’apercevoir de ce qui n’est pas essentiel, et peut-être n’ai-je pas besoin d’attendre la baisse de mes revenus pour m’en débarrasser !

L'Auteur :

Grou (Jean-Nicolas, 1731-1803) 
Né à Calais, entre chez les jésuites à 15 ans. Brillant professeur de lettres à La Flèche, il s’exile en Lorraine lors de la suppression de la Compagnie en 1763. Bientôt à Paris, sa rencontre avec la visitandine Pélagie Lévêque l’ouvre à la mystique. La Révolution française le force à l’exil en Angleterre à partir de 1792. Son Manuel des Âmes intérieures est un recueil d’une soixantaine d’entretiens publié par ses disciples.

(texte et méditation tirés du "Carême en famille 2015 à l'école des saints" éd. Paroisse et Famille)

Posté par Au Comptoir à 05:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 12 mars 2015

Prier en famille

CIMG6357enfant prière059 

RETROUVEZ DANS LA RUBRIQUE "FOI EN FAMILLE" TOUS LES ARTICLES QUI  DEVELOPPENT CE THEME AVEC DES CONSEILS, DES IDEES PRATIQUES. Relisons ce texte de Saint Jean-Paul II et profitons de ce temps de Carême pour donner un nouvel élan à notre prière en famille.

Prière de l’Église et prière familiale

Entre la prière de l’Église et celle de chacun des fidèles, il y a un rapport profond et vital. Un but important de la prière de l’Église domestique est de constituer, pour les enfants, une introduction naturelle à la prière liturgique de l’Église entière, aussi bien dans le sens d’une préparation à la prière liturgique que dans le sens d’une extension de celle-ci au domaine de la vie personnelle, familiale et sociale. D’où la nécessité d’une participation progressive de tous les membres de la famille chrétienne à l’Eucharistie, surtout le dimanche et les jours de fête, et aux autres sacrements, en particulier ceux de l’initiation chrétienne des enfants. 
Pour préparer et prolonger à la maison le culte célébré à l’église, la famille chrétienne recourt à la prière privée, qui présente une grande variété de formes : cette variété, tout en témoignant de l’extraordinaire richesse de la prière chrétienne animée par l’Esprit Saint, répond aux diverses exigences et situations concrètes de celui qui se tourne vers le Seigneur. Outre les prières du matin et du soir, sont à conseiller expressément la lecture et la méditation de la Parole de Dieu, la préparation aux sacrements, la dévotion et la consécration au Cœur de Jésus, les différentes formes de piété envers la Vierge Marie, la bénédiction de la table, les pratiques de dévotion populaire. 
La dévotion mariale constitue un instrument privilégié pour alimenter la communion d’amour de la famille et pour développer la spiritualité conjugale et familiale. La Mère du Christ et de l’Église est aussi, et de manière spéciale, la Mère des familles chrétiennes, des Églises domestiques.

Saint Jean-Paul II (1920-2005), Exhortation apostolique Familiaris consortio, no 61

Posté par Au Comptoir à 04:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 5 mars 2015

Vouloir la volonté de Dieu

texte du jour du livret "Carême à l'école des saints en famille" du Père Max Huot de Longchamp à retrouver chaque jour sur Paroisse et Famille.

"Il faut te mettre en prière avec l’intention de vouloir la volonté de Dieu, et non la tienne, tant pour demander que pour recevoir ce que tu auras demandé. Autrement dit, tu dois prier parce que Dieu le veut, et tu dois désirer être exaucé parce que lui encore le veut ainsi. Bref ; ton intention doit être d’unir ta volonté à la sienne, et non d’abaisser la volonté de Dieu à la tienne. 
Et cela parce que ta volonté est infectée et gâtée d’amour-propre, si bien qu’elle se trompe souvent et ne sait pas ce qu’elle demande, tandis que la volonté divine est toujours porteuse d’une bonté ineffable et ne se trompe jamais. De là vient qu’elle règle et domine toutes les autres volontés, qu’elle mérite et veut que toutes la suivent et lui obéissent. 
Aussi ne faut-il jamais demander que des choses conformes au bon plaisir divin, et si tu as un doute à cet égard, ne demande une chose qu’à condition de ne la vouloir que si le Seigneur veut que tu l’aies. Quant à ce que tu sais certainement devoir lui plaire, comme par exemple les vertus, demande-les plus pour le satisfaire et le servir, que pour toute autre raison ou considération, même spirituelle."

Laurenzo Scupoli (1530-1610), Le Combat spirituel, chap. 44

MÉDITER :

Dieu nous aime plus que nous ne nous aimons nous-mêmes, Dieu ne peut vouloir que notre bonheur, Dieu sait mieux que nous ce qui peut nous rendre heureux… Alors, pourquoi le prier ? Pour entrer dans cette volonté, non pas pour la changer. 
Depuis le péché originel, notre volonté est infectée et gâtée d’amour-propre : voilà pourquoi il nous faut réapprendre patiemment à vouloir ce que Dieu veut. C’est tout l’enjeu d’une vie de prière. Il s’agit de lâcher peu à peu notre façon de voir et de vouloir en prenant toujours mieux conscience de la bonté absolue et universelle de Dieu ; et sans avoir à lutter contre nous-mêmes, nous découvrirons que la volonté divine est toujours porteuse d’une bonté ineffable et ne se trompe jamais, même quand la part « animale » (voir hier) de nous-mêmes se rebelle. 
Il n’est pas interdit d’indiquer à Dieu nos désirs particuliers, car tout ce qui nous intéresse l’intéresse, mais à cette condition que sa volonté soit de toute façon préférée à la nôtre. Et nous pouvons alors être certains qu’il nous donnera le moment venu la grâce de vivre cette volonté avec bonheur, sinon avec plaisir.

VIVRE LE MYSTÈRE :

Il y a certainement des choses que je préfèrerais éviter, et dont je sais pourtant qu’elles sont voulues par Dieu : tel rendez-vous désagréable, tel problème de santé, etc. Dans ma prière d’aujourd’hui, je m’engage calmement devant lui à faire ce qu’il attend de moi dans l’une de ces situations que je voudrais fuir.

L'Auteur :

Scupoli (Laurent, 1530-1610) 
Né à Otrante, Scupoli entre en 1569 à Naples dans la jeune famille sacerdotale des Théatins. Accusé, sans doute à tort, d’un grave délit en 1585, il fut en disgrâce parmi les siens, jusqu’à sa réhabilitation au soir d’une vie dont on ne connaît guère que l’humilité et la discrétion. François de Sales le vénérait comme l’un de ses maîtres.

Posté par Au Comptoir à 04:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


mardi 3 mars 2015

Baptême

Des cadeaux, des images... sur la boutique Dès l'aube.

WP_20150302_011

WP_20150302_014

CIMG9232CIMG9237

baptême 2 couleurs 

les dragées, les personnalisations, la décoration sur Au Comptoir des Anges et Bonheur et Confettis

cita livretlandau 2

blancplumetis dét

WP_20150212_001Bougies-bocal personalisées

Il est encore temps de se procurer le livret de Carême pour enfant sur la boutique Dès l'aube au prix de 2,50 au lieu de 4,50 !

Belle journée !

croix st François

 

Posté par Au Comptoir à 08:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 16 février 2015

Prier avec bébé...

"Par la bouche des tout-petits et des nourissons, tu t'es préparé une louange." Psaume 8,3 et Matthieu 21, 16

Nos enfants sont enfants de Dieu. Il n'est jamais trop tôt pour prier avec eux et leur apprendre à prier. Pour que le temps merveilleux de la petite enfance soit vécu comme un temps de vie chrétienne, les quelques pages de ce petit livret guideront les parents dans la prière avec les tout-petits. 

livrets carême 2 euros. Pour commander contacter l'auteur.

A s'offrir, à offrir à l'occasion d'une grossesse, d'une naissance, d'un baptême...

Auteur : Wanda Chevalier aux éditions Paroisse et Famille.

"Apprenez-leur à prier. Car un enfant qui prie est un enfant heureux."                                                                                       Mère Teresa

Posté par Au Comptoir à 05:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 15 février 2015

Carême des enfants...

Mercredi début du Carême. Donner aux enfants un outils afin de vivre ce temps dans un plus grand amour pour Jésus :

Dans l'esprit de la série « à l'école des saints » aux éditions Paroisse et Famille, il me reste quelques livrets du "Carême pour les enfants"

livrets carême - Copie (2) 4,50 euros

d'une présentation adaptée à leur âge, le Carême des enfants accompagne les 7-12 ans dans la préparation de Pâques : jour après jour, le message des plus jeunes des saints du calendrier chrétien est mis en valeur, proposant à l'enfant un effort suivi pour vivre une à une les exigences du carême : prière, partage, pardon, etc. Des pages pour faire son examen de conscience et préparer la confession, des pages spéciales semaines sainte...

page Carême010 une page du livret.

Rédigé par le père  Max Huot de Longchamp et Wanda Chevalier. Les dessins sont de Cécile Girard.  Paroisse et Famille , Mers-sur-Indre (Indre)(février 2012) Pour commander contacter l'auteur. 

Posté par Au Comptoir à 06:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 1 février 2015

L'Essentiel...

"Un jour ou l'autre, on s'aperçoit que,

dans sa vie,

les questions spirituelles deviennent

les seules vraiment importantes."

Michel Etcheverry

25 mars

Posté par Au Comptoir à 06:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mercredi 14 janvier 2015

 Je vous livre ce texte du  que je trouve beau et juste  :2015-01-Charlie-hebdo-3

Cher Jean, cher Georges, cher Stéphane, cher Bernard,

Bien que je sois prêtre et que cet état par le passé vous débectait, permettez-moi de vous appeler par vos prénoms et non par vos noms de guerre. Une façon comme une autre de me sentir votre frère. Certes, vous demeurez Cabu, Wolinski, Charb et Tignous, dessinateurs de profession, crayonneurs d’idées, trublions de vie politique, insulteurs de justes et de coupables, souvent drôles et méchants sous le crayon vulgaire et obsessionnellement blasphémateur du sacré, mais à mon esprit éduqué par le Christ à dépasser les apparences, vous apparaissez plus grands que votre œuvre, plus grands que vos dessins offerts aux combats rétrécis de la terre. Seule la bonté personnelle qualifie un être et l’ennoblit jusqu’à la moelle, je le crois, et pour cela, je mourrais. Tout le reste n’appartient qu’à la petite histoire qui finit sous le dégueuloir conventionnel des hommages et des récompenses accordés entre hommes, au gré des intérêts particuliers et des partis. Bah ! que tout cela est bas !

Aujourd’hui, préoccupé par plus haut, maintenant que la vie n’est plus un mystère pour vous puisque vous connaissez la vérité tout entière (et Dieu sait si cette connaissance doit désormais susciter en vous non plus votre humour mais votre joie), je viens vous demander un petit coup de main pour la France. Ne me le refusez pas.

Amis, auriez-vous la gentillesse de dire un mot au créateur du monde afin qu’il continue de juger avec indulgence ses enfants d’en bas qui le rejettent ou qui prétendent le défendre en tuant leurs semblables ? Faites cela pour nous, je vous en supplie ! Que le Ciel n’abandonne pas la terre, et que les hommes comprennent enfin que travailler à la mort de Dieu dans les consciences ou tuer au nom de Dieu revient à massacrer l’homme lui-même ! Pourriez-vous aussi de vos lumières actuelles éclairer nos intelligences de manière à ce que nous empruntions les chemins par lesquels on peut enrayer les fusils les plus huilés ?

Je vous avoue qu’une chose me surprend depuis votre entrée dans la vie éternelle : c’est la glorification unanime de la liberté d’expression que vous auriez honorée magnifiquement jusqu’à mourir pour elle ! Je dirais plus sobrement que vous avez exprimé librement ce que vous pensiez sans jamais vous préoccuper des effets collatéraux que l’expression de VOTRE vérité pouvait créer dans les esprits. C’est ainsi. Pourtant, dans les relations humaines, et en particulier dans la vie conjugale, familiale, et même amicale, nous ne lâchons pas ce que nous pensons sans exercer un certain discernement à la seule fin de ne pas blesser inutilement nos proches. Et cela devrait valoir aussi pour les lointains.

La raison de cette retenue n’est pas à chercher bien loin, elle appartient à l’univers de l’amour qui tout simplement ne désire pas blesser. Cette retenue dans le langage, cette réserve bienveillante n’est pas une faiblesse, elle est une intelligence qui protège les liens et qui, en évitant de faire monter le sang à la tête de l’adversaire potentiel, empêche par rebond de le faire jaillir de la tête d’un autre. Cette réserve, tout homme peut la vivre, elle est vraiment à la portée de tous, sauf de l’extrémiste qui donne aux idées plein pouvoir y compris à l’irrespect qui, paraît-il, gagne la partie.

Le président de la République n’a pas cessé ces derniers jours d’appeler le peuple français à la vigilance. Encore une idée bien abstraite !

Que faut-il donc faire ? Rester chez soi ? Faire des provisions ? Lire le Coran ? Souscrire à un abonnement à Charlie Hebdo ? J’aurais préféré qu’il demandât humblement à tous les Français de calmer le jeu de la haine en les suppliant de ne plus blesser la conscience d’autrui au nom d’une liberté d’expression pas assez réfléchie, autrement dit, en nous invitant tous à prendre la résolution de respecter profondément les croyances qui sont chères à des millions de personnes. C’est à ce prix que la paix fera son lit.

Chers Jean, Georges, Stéphane et Bernard, votre mort ignominieuse me fait une peine immense et je voudrais qu’elle ne soit pas inutile. Vos caricatures ne méritaient pas de vous tuer, mais elles l’ont fait. D’une certaine façon, vous avez touché de votre humour grinçant les régions les plus viscéralement haineuses de la nature humaine assoiffée de justice et de vengeance, et par là, vous avez provoqué l’avénement de la barbarie. Parce que votre nature était saine, je veux le croire, parce que vous cherchiez sans doute à votre manière le bien commun, parce que vous considériez la liberté d’expression comme un droit devant s’exprimer sans état d’âme, parce que vous étiez au fond restés des enfants qui dessinaient comme tous les enfants tout en jouant à mettre le feu, vous avez oublié la permanence de la cruauté humaine quand elle se met au service d’une cause jugée absolue. Vous avez touché à de l’intouchable, et en réponse, vous qui étiez intouchables de par votre dignité d’homme, vous avez été plus que touchés, abattus en plein cœur.

Au-delà de toutes les décisions politiques qui seront prises, je l’espère, pour contrecarrer les actes terroristes, intercédez pour nous, chers Cabu, Wolinski, Charb et Tignous, rendez-nous intelligents et respectueux des croyances d’autrui pour que la France se distingue encore par sa hauteur civilisatrice.

Un dernier point qui me tient à coeur : si vous croisiez au Ciel les trois petits enfants qui, lors de l’affaire Merah, ont été assassinés sauvagement, embrassez-les pour moi, et partagez avec eux la gloire qui est la vôtre aujourd’hui. Eux n’ont pas eu droit à une journée de deuil national ni à une manifestation d’envergure. Mais que pouvons-nous y faire ? Ces enfants ne disposaient que de leurs prénoms, ils n’avaient pas de noms de guerre, et ils ne défendaient pas la liberté d’expression ni la cause de certains politiques ! Qu’importe ! Seule la bonté personnelle qualifie un être et l’ennoblit jusqu’à la moelle, je le crois. Pour cela, je mourrais.

Allez, chers Cabu, Wolinski, Charb et Tignous, soyez dans la joie de Dieu, continuez votre vie, et éclairez-nous maintenant de vos clartés.

 Prêtre catholique  Prédicateur, écrivain, compositeur et chanteur. De l'amour en éclats

Posté par Au Comptoir à 05:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :